Actions Égalité filles-garçons et LGBT dans les établissements de l'académie

Traiter du féminisme par l'écriture

Projets autour du féminisme-classes de CAP horticulture-Lycée Eiffel

Porteur du projet : M MEDINA Pascal professeur de Lettres et Histoire

Les classes de CAP section Horticole sont majoritairement composées d’élèves originaires de SEGPA ou intégrés en ULIS. Les difficultés d’écriture et de lecture sont souvent grandes, mais il y a en règle générale une réelle adhésion aux projets proposés . Cette année, une seule fille en première année, une seule fille en Terminale !!! Les deux projets présentés ont comme champ le féminisme. Ces projets sont la base de l’oral de CCF pour l’obtention du diplôme (CG2 – Mettre en oeuvre des actions contribuant à sa construction personnelle CG2.1 – S’exprimer à travers une réalisation personnelle)

 

Projet 1 : Faire écrire, mettre en scène et interpréter une pièce de théâtre féministe

Depuis trois ans, la section horticole est en jumelage avec le jardin parallèle, structure artistique dédiée à l’art de la marionnette. Le jardin parallèle soutient les élèves dans leur création artistique. Le féminisme est un champ à investiguer de manière transversale :

Projet 2: Faire écrire un scénario pour court-métrage

La situation sanitaire décalant le spectacle de l’année précédente, il devenait difficile d’avoir deux spectacles en préparation au jardin parallèle. Aussi j’ai répondu à une proposition de candidature d’écriture de scénario proposé par l’association Regards de femmes.

  • Lecture du découpage filmique « La Cérémonie » dans l’Avant Scène Cinéma scène d’introduction avec notion Extérieur- Intérieur didascalie et notion de plan découpage. Un duo femmes face à face (Bonnaire et Bisset):quel rapport de forces ?
  • Rédaction par ilôt bonifié et étayage AESH et professeur. Retour auto-critique sur écrits des élèves
  • Ecriture basée sur des constats et des expériences collectives et personnels des élèves

Sport et mixité 

"La mixité c'est aussi une affaire de garçons!" Création de podcasts au Lycée Eiffel de Reims

Encadrantes du projet : Mme Anne Monnot professeure EPS et Mme Anne-Laure Hartmann professeure de Français et Histoire géographie à destination de 16 élèves de 1ère année de CAP MPC peinture en carrosserie et maintenance des matériels d'espaces verts

Présentation du projet : Ce projet a été l’occasion d’un travail sur l’égalité dans le sport et sur le sexisme dans la société. Faire mener aux élèves dans une section très masculine, une réflexion sur les clichés sexistes en général ainsi que sur la place des femmes dans le sport. Un premier travail leur a permis de prendre conscience de l’existence de pratiques sportives très genrées (sports masculins / sports féminins) aux buts sociaux différents (s’endurcir / s’épanouir). Pour enrichir ce travail, nous avons eu la chance de pouvoir aller au cinéma voir « Les Joueuses » de S. Gillain, sur l’Olympique Lyonnais et nous avons pu interviewer en direct les joueuses de foot du Stade de Reims. [...]

Lutter contre le sexisme, les stéréotypes par le théâtre 

Théâtre de l'opprimé par la Cie Azimuts/Le Couacc - Projet du Lycée professionnel Saint-Exupéry de Saint-Dizier

Encadrante du projet : Mme Felicia Merlot professeure documentaliste 

Un théâtre de l’opprimé pour lutter contre les violences sexistes et homophobes

Deux comédiennes de la compagnie théâtrale mesienne Azimuts ont permis à deux groupes d’élèves de seconde du lycée Saint-Exupéry à Saint-Dizier d’expérimenter le théâtre de l’opprimé. Son théoricien, Auguste Boal l’avait imaginé pour donner des clés aux individus dominés et penser une alternative aux violences sociales. Cette expérience théâtrale particulière (proche du théâtre-forum) a été un moyen pour les élèves de réfléchir collectivement à des solutions pacifiques aux violences et aux discriminations présentes au quotidien.

En amont du théâtre, un des groupes d’élèves a été sensibilisé au sexisme et aux systèmes de dominations sociales dans le cadre d’un cours d’éducation morale et civique. Ces élèves ont ensuite rédigé des situations mettant en scène des discriminations et les ont transmis aux comédiennes. Le jour de la représentation, les comédiennes ont joué leur scenario (une scène de harcèlement de rue et une dispute en famille) et ont invité les élèves à intervenir sur scène pendant la représentation pour prendre leur place et proposer des solutions à l’oppression vécue par la personne harcelée. Cette expérience a été à la fois l’occasion pour les élèves de rencontrer des artistes et aussi d’expérimenter une alternative non-violente aux problèmes vécus par les jeunes.

Troupe de théâtre Azimuts : cieazimuts.weebly.com

LGBT lutte contre l'homophobie et la transphobie

Séances de photolangage au lycée Hessel d'Epernay

Encadrantes : Mme Emeline Taureau, professeure lettres-histoire ; Mme Hélène Lorouet, professeure lettres-anglais et professeure principale de la classe ; Mme Séverine Fournié, professeure documentaliste

Classe concernée : 3PMET (20 élèves)

Présentation du projet : L'idée de ce projet est née après notre formation intense de 2 jours mais hautement appréciée "Photolangage : lutte contre les LGBTI phobies".  Afin de tester la méthode et de la mettre en pratique, nous avons choisi la classe de 3e prépa métiers en raison de leur climat de classe très tendu (insultes entre les élèves, moqueries...) et peu propice au travail. Comme ces élèves entrent en phase de préparation de leur orientation (formulation de vœux), il nous a semblé opportun d'organiser 2 séances de photolangage afin de lutter contre les stéréotypes de genre.

Bilan à l'issue du projet : les élèves ont été réceptifs et ont joué le jeu de la méthode, ils ont apprécié d'ailleurs la sortie du contexte salle de classe et l'activité nouvelle. Ils ont pris le temps de bien observer les photos et se sont montrés investis dans les échanges malgré leur jeune âge. Malgré les divergences d'opinions les échanges ont été très intéressants notamment lorsque les élèves ne percevaient absolument pas la même situation.

A 3 exceptions près, ils ont écouté la parole de l'autre sans interruption ni jugement. Ils n'ont pas réussi à rebondir aux propos des uns et des autres et avaient tendance à s'adresser aux animatrices. 

Bilan à plus long terme : mitigé, le climat de classe ne s'est pas amélioré du jour au lendemain, des insultes fusent encore mais ils s'écoutent plus quand ils prennent la parole en classe. → cela mériterait de refaire une séance sur les stéréotypes de genre ou une séance de photolangage sur un autre thème

Si vous êtes intéressé·e·s pour proposer une formation au sein de votre établissement de 10 à 15 personnes, contactez-nous.